LES INDICATEURS FORESTIERS SUR LA VOIE D’UNE GESTION DURABLE ?

Colloque organisé par le Cemagref/irstea, l’IFN et le GIP Ecofor

à Montargis,

les 6 et 7 décembre 2011
dans le cadre de l’année internationale des forêts

Retenez cette date dès maintenant !

Date limite d’inscription : 21 Novembre 2011


Avec l’évolution de la démographie,  des technologies,  de la consommation, nos sociétés contemporaines  ont été  amenées  à s’interroger  de plus en plus  sur le caractère durable des activités auxquelles elles participent.

Le secteur forestier est concerné au premier chef par ce type d’introspection. La complexité de la question et son caractère multidimensionnel font que, pour la traiter, différents processus de suivi  se sont mis en place de manière à faciliter l’évaluation des  stratégies et  pratiques forestières.  Chacun d’entre eux est fondé  sur un système de critères et indicateurs à partir desquels sont établis des tableaux de bord publics, soumis à débat.

C’est ainsi que s’apprécient notamment les politiques nationales dans le cadre des conférences interministérielles sur la protection des forêts en Europe (« Forest Europe »), les démarches d’écocertification (PEFC, FSC…), le bilan patrimonial de la gestion forestière (cas de l’Office national des forêts).

Deux  décennies après leur mise en place,  ces outils méritent qu’un premier bilan de leur utilisation en France soit dressé.

Tel est  l’objet de ce colloque, organisé dans le cadre de l’année internationale des forêts, qui vise aussi, à partir  des interventions et discussions, à identifier des voies  d’amélioration progressive.  De nombreuses interrogations  continuent d’émerger, en particulier les suivantes :

            • sur le plan pratique, les critères et indicateurs  de gestion durable correspondent-ils aux attentes des décideurs et constituent-ils une avancée décisive dans la mise en œuvre de la multifonctionnalité des forêts ?
            • sur le plan politique, participent-ils d’une ouverture explicite de la gestion forestière ?
            • à l’ensemble des attentes sociales ou débouchent-ils sur une vision normative des objectifs à atteindre ?
            • sur le plan écologique  –  et notamment  pour ce qui concerne  la biodiversité  –, les indicateurs  utilisés indiquent-ils bien la réalité écologique ou sont-ils plutôt des indicateurs de consensus social ? Ne mériteraient-ils pas d’être revisités ?

Une attention particulière sera ainsi portée sur le lien entre indicateurs, décisions et politiques publiques, comme sur la pertinence de ces outils au regard des valeurs sociales et de la réalité représentée.

La première journée du séminaire sera  consacrée à l’ensemble des indicateurs de gestion forestière durable, avec une approche ciblée sur  les sciences de gestion et les sciences politiques. Elle devrait donner lieu à des débats sur la tension entre « bon usage » et « bon état » des forêts et sur la pertinence de la notion de multifonctionnalité de la gestion forestière.
Des présentations plus spécifiques autour des critères  « production »  et  « socio-économie »  sont prévues.

La seconde journée abordera plus particulièrement les indicateurs de gestion durable pour le critère biodiversité. Il y sera question des suivis de certains compartiments de  la biodiversité et des indicateurs dendrométriques ou « structurels » de biodiversité forestière.

Le colloque vise à informer et mobiliser une communauté variée de parties-prenantes (gestionnaires, décideurs, ONG, chercheurs…), pour notamment proposer des pistes d’amélioration, à court et moyen terme, des indicateurs forestiers.

Go to Top